Le fusil d’infanterie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le fusil d’infanterie

Message  Bruno BARRIER le Mer 21 Avr - 15:56

Le fusil d’infanterie Lebel

Manufacture d’armes de Châtellerault modèle 1886 modifié 93


Le fameux Lebel qui fait tant rêver les collectionneurs est en fait le modèle 1886 modifié 93. il est l’aboutissement des travaux au camp de Châlon-sur-Marne en 1882 sous la direction du colonel Nicolas Lebel. Mais cette arme représente un ensemble de compétences :
La fermeture à tenons symétriques du colonel Bonnet,
La hausse à gradins et planchette,
La poudre sans fumée de l’ingénieur Vieille,
La balle chemisée en maillechort,
La boite de culasse de Clause,
L’épée-baïonnette « Rosalie » du colonel Capdevieille au poids de 460 g.
Muni d’un chargeur tubulaire de 8 cartouches, il se charge par le magasin. Il est robuste et précis.


Ses caractéristiques sont :
Poids magasin vide 4,180 kg
Poids chargé avec balle chemisée 4,415 kg
Poids chargé avec balle D en laiton 4,240 kg
Longueur sans baïonnette 1307 mm
Longueur avec baïonnette 1820 mm
Longueur du canon 800 mm
Calibre 8 mm
Capacité 8 cartouches en ligne (6 dans le magasin, 1 dans l’auget, 1 dans le canon)
Vitesse initiale du projectile 716 m/s
Rapidité de tir 21 coups en 1 min (34 aux essais au Mont-Valérien)
Portée maximale 2500m
Baïonnette au canon l’homme porte une arme de 4,7 kg.


Le matériel d’entretien et le petit outillage en campagne :
le tournevis modèle 1874, il s’agit d’un boîtier en forte tôle de section ovale. Il contient une lame de tournevis double et une spatule-curette métallique. Le tout est entouré dans une pochette de drap destinée à étouffer les cliquetis. La lame de tournevis se fiche dans une ouverture aménagée au fond du boîtier lors de l’utilisation. Le couvercle est une petite fiole à huile d’arme munie de son bouchon fileté.
La ficelle de nettoyage en « fil fouet » est longue de 3 m. après avoir déposé la culasse, il faut effectuer un nœud gansé à mi-longueur de la cordelette afin d’y passer un chiffon en « toile de chemise usée ».
La baguette en acier avec tête en laiton de 30,8 cm de long (3 baguettes doivent être vissées bout à bout).
La boite de graisse en fer blanc modèle 1874, est en fer doux étamée parfois peinte. De forme ovale elle comporte deux compartiments. L’un pour la graisse d’arme, l’autre pour la pièce grasse (un morceau de drap saturé de graisse).


Le mouchoir d’instruction N°9, en principe supprimé en 1909, explique le démontage de l’arme.

Les cartouches :
le paquet de 8 cartouches en « papier goudron de couleur brun-clair » (étanche à la pluie) est fermé par une cordelette et recense les informations du lot de fabrication.
La boite en carton de 8 cartouches provient de commandes passées auprès des fournisseurs anglo-saxons dès 1915.

Les cartouches spéciales :
La fausse cartouche du modèle 1886, réalisée en bois de charme et renforcée d’un culot en laiton est destinée à l’instruction des recrues.
La fausse cartouche en métal modèle 1892.
La cartouche à blanc modèle 1897 est montée avec une balle « papier-paille » (le modèle 1905 comporte un projectile en bois de hêtre).
La cartouche de tir réduit (de stand) est rechargée sur les étuis tirés. Elle est munie d’une balle ronde en plomb avec enveloppe de cuivre selon le manuel de 1904. la distance de tir est de 15 m.
La cartouche sans balle de type »feuilleté » utilisée avec le tromblon lance-grenades Viven-Bessière (VB). La grenade explosive se tirait durant la 1re GM avec la cartouche à balle.
Et enfin la très hypothétique cartouche « coupe-barbelé », caractérisée par un long projectile de 3,5 cm.


Les bretelles :
la première bretelle est celle du fusil Chassepot et Gras de 1845 (93 cm de long et 3,5 cm de large).
La bretelle 1894 longue de 107 cm.
La bretelle 1907 en cuir noirci (93 cm), ce modèle est fabriqué en couleur fauve à partir de décembre 1914.

Le modèle de bretelle des chasseurs cyclistes :
la bretelle est munie de la « rallonge Gérard ». cette rallonge permet d’accéder au fusil en bandoulière même si le vélo pliant est porté au dos.


Source :
Militaria magazine N°11
Cibles 04/02
Le manuel du gradé de l’artillerie de campagne, Lavauzelle, Paris-Limoges, 1918

Bruno BARRIER
Les photographies appartiennent à la collection privée de l’auteur
avatar
Bruno BARRIER
Admin

Messages : 1486
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : WAMBAIX (Nord)

Voir le profil de l'utilisateur http://gcc14-18.forum-gratuiti.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum