Lettres d’un conscrit de Comberouger Marc Buzon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lettres d’un conscrit de Comberouger Marc Buzon

Message  Bruno BARRIER le Mer 7 Sep - 10:24

Bonjour à tous,



Introduction
En 2009, M. Jacky Vidalinc découvrait dans une maison acquise à Comberouger (Tarn-et-Garonne), une boîte contenant la correspondance de Marc, François Buzon, conscrit de la classe 1913, tué en septembre 1914.
C'est grâce â lui, à son travail aussi décisif qu'ingrat de sauvetage, de déchiffrage et de transcription, de numérisation des lettres et cartes postales, que ce fonds intéressant peut être présenté aujourd'hui.
Ce fonds comprend:
Trente-huit lettres ou cartes postales de Marc Buzon écrites du 11 octobre 1913 à la mobilisation.
Sept lettres ou cartes rédigées de la mobilisation à sa blessure mortelle, le 15 septembre 1914.
Mais aussi six lettres ou cartes de ses parents, dont cinq écrites pendant la période de guerre, ou encore quinze lettres ou cartes postales de sa fiancée, Marie Dussaut, écrites à partir de mars 1914, dont trois pendant la période du conflit armé.
De plus, plusieurs photographies conservées dans la boîte permettent de se représenter le témoin, de son enfance à son statut de conscrit.
Une question s'impose à partir de la lecture de cet inventaire sommaire.
Quel intérêt y a-t-il à publier des textes produits pour l'essentiel avant-¬guerre? La réponse est multiple.
En premier lieu, il est intéressant de suivre les préoccupations et le quotidien d'un conscrit de la classe 1913. Cette classe de l'armée d'active sera l'une des plus frappées par la Grande Guerre: 26,9% des mobilisés ayant réellement servis au cours de la guerre dans l'armée de terre. Elle ne sera dépassée dans ce triste record que par les classes 1914 (29,2%), 1915 (27,8%) et 1912 (27,7%).
Deuxièmement, Marc Buzon a été versé au groupe cycliste de la 6e division de cavalerie. Cette sorte d'unité, atypique, est plutôt méconnue. Infanterie rapide, ou cavalerie cycliste, elle mérite un éclairage particulier, à travers un témoin.
Troisièmement, l'écriture même des lettres de Marc Buzon mérite le détour. Élève d'Antonin Perbosc, un pédagogue progressiste et innovant, Marc Buzon possède une aisance, un style et un humour qui facilitent sa lecture. Au-delà du style, il s'agit aussi de poser une problématique: la lettre du combattant de 1914 surgit-elle du néant, ou, tout en prenant un caractère unique du fait de l'expérience de la guerre, prolonge-t-elle la lettre du conscrit d'avant-guerre? Nous tenterons d'amorcer une réponse à travers l'examen du rapport du témoin à l'armée, à la vie civile d'avant, en l'occurrence une existence de cultivateur, représentative de la masse des fantassins de 1914-1918.
Enfin, par les lettres de ses parents et de sa fiancée, documents rares, nous tenterons d'y voir plus clair dans l'échange épistolaire, qui n'a pas pour vocation originelle de se cantonner au monologue.
Laurent Ségalant

Le livre est proposé au prix de 20€
Par l’association « La Lomagne, Mémoire pour Demain »

www.lomagne.org

Si vous souhaitez acquérir cette réalisation, il vous suffit d’adresser le bon de commande suivant et votre paiement à :

Thérèse Reynaud
lieu dit "Mésségué" 82500 GIMAT
0563023800

Cordialement,
Jacky Vidalinc
avatar
Bruno BARRIER
Admin

Messages : 1486
Date d'inscription : 08/04/2010
Localisation : WAMBAIX (Nord)

Voir le profil de l'utilisateur http://gcc14-18.forum-gratuiti.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum